Questionnaire assurance prêt

Dans le cadre de la souscription à une assurance prêt immobilier, votre banque ou les compagnies d’assurances vous demanderont de remplir un questionnaire afin de vous proposer un taux adapté à votre profil. Ce questionnaire permet en effet à l’assureur d’estimer le risque qui pourrait empêcher l’emprunteur de rembourser son crédit. Voici donc tout ce qu’il faut savoir sur ce questionnaire.

questionnaire assurance emprunteur

Un questionnaire de santé avant tout

Il vous est d’abord toujours demandé votre taille et votre poids, afin de calculer l’indice de masse corporelle. Parfois la tension artérielle sera demandée mais ce n’est pas automatique. Il faudra en revanche communiquer obligatoirement cette information en cas d’affection cardio-vasculaires, ainsi que le traitement éventuel.

Vous devrez bien sûr préciser si vous touchez une pension via la CPAM de première ou seconde catégorie, une pension militaire, ou encore si vous êtes un travailleur handicapé reconnu par la MDPH.

Déclarer une affection longue durée

L’assureur voudra aussi savoir si vous êtes actuellement en affection longue durée, et donc exonéré du ticket modérateur pour une affection grave, tel qu’une tuberculose, une leucémie, une dépression sévère, une maladie rhumatismale…

Il faudra décrire parfaitement votre état de santé actuel et dire si oui ou non vous devez subir des examens biologiques ou radiologiques, et bien évidemment si vous devez être hospitalisé prochainement ou régulièrement.

Dans certains cas, si vous êtes atteint d’une affection aiguë ou passagère au moment de la souscription alors votre dossier peut être mis de côté pour quelques semaines, voire même quelques mois. Dans le cas où vous êtes en parfaite santé et qu’aucun traitement ou hospitalisation n’est prévu, alors tout ira beaucoup plus vite.

En cas d’une affection longue durée avérée avec un traitement régulier, vous serez en mesure d’être assuré, mais avec une surprime. Cela arrive à la suite d’un infarctus, d’un problème de cholestérol ou de diabète, d’épilepsie ou encore d’asthme. La liste n’est bien sûr pas exhaustive. Par contre, si une pathologie grave vient d’être découverte, nécessitant par exemple une chimiothérapie, alors le dossier est toujours refusé ou dans le meilleur des cas ajourné en attendant de meilleurs résultats.

Déclarer certaines opérations

L’assureur est décidément curieux, et il voudra connaître tous vos antécédents médicaux, généralement lors des dix dernières années. Il posera alors plusieurs questions de ce type :

  • Quelles pathologies avez-vous rencontré durant votre vie ?
  • Avez-vous déjà été hospitalisé au cours des dix dernières années, pour des raisons médicales ?
  • Avez-vous pratiqué des dépistages contre les maladies biologiques (hépatite, sida…) ?
  • Quelles opérations avez-vous subi ?
  • Avez-vous déjà rencontré des affections particulières, cardio-vasculaires, pulmonaires ou digestives ?

Il faut joindre autant que possible, tous les documents en votre possession ou que vos médecins peuvent transmettre. Les comptes-rendus d’hospitalisation, des résultats de radiographie, de scanner ou bien d’IRM, mais aussi les consultations de spécialistes et les résultats biologiques récents vont permettre à l’assurance de traiter rapidement et efficacement votre dossier.

Des examens médicaux supplémentaires

Dans certains cas ou pour certaines compagnies d’assurances, une simple visite médicale ou des examens un peu plus poussés peuvent être demandés. Selon le montant de l’emprunt ou l’âge de l’emprunteur, l’assureur demandera plus ou moins d’examens. Votre questionnaire sera étudié en même temps que les résultats des divers examens, ce qui peut finalement prendre un peu de temps. Il est également possible, qu’après étude du questionnaire, l’assureur réclame quelques examens médicaux supplémentaires, avant de vous accorder votre assurance prêt habitation.

Pas besoin de tout déclarer, mais éviter les mensonges

Il n’est pas nécessaire de déclarer toutes les opérations ou les pathologies dans le questionnaire de santé de l’assureur. L’opération de l’appendicite, des dents de sagesse, des amygdales, mais aussi une césarienne, une IVG, des hémorroïdes ou une déviation de la cloison nasale n’ont aucun intérêt pour l’assureur. C’est également le cas des cancers de plus de 15 ans qui n’ont pas besoin d’être signalés.

On ne déclare pas non plus plusieurs traitements, comme les traitements saisonniers contre la grippe ou le rhume, ou encore la prise de contraceptif.

Il est forcément tentant de ne pas tout dire, en espérant voir baisser le taux de son assurance prêt immobilier. C’est en réalité une très mauvaise idée. Une fausse déclaration intentionnelle découverte par l’assureur entraînera une nullité du contrat ainsi que la perte des primes déjà versées. Si vous pensez que le questionnaire ne permet pas de préciser certains aspects de votre santé, alors n’hésitez pas à écrire une lettre pour expliquer clairement votre cas.

Des questionnaires supplémentaires

L’assureur peut également se renseigner sur votre style de vie. Il voudra donc savoir si votre métier ou vos loisirs sont à risques. Certains emplois en contact avec des produits chimiques, ou certains métiers du bâtiment pouvant causer des arrêts de travail longue durée, feront grimper le taux de votre assurance prêt immobilier. Là encore, il est préférable d’être aussi honnête que possible, et contrôler les conditions du contrat. En effet, certaines garanties ne fonctionneront pas dans le cas d’une prise de risque trop importante aux yeux de l’assureur.