Qu’est ce qu’une assurance prêt immobilier ?

L’assurance crédit immobilier a pour but de protéger l’emprunteur et ses proches, mais aussi la banque, contre plusieurs risques qui empêcheraient le paiement des mensualités. C’est une assurance obligatoire qui est toujours imposée par votre banquier au moment de signer votre contrat de prêt. On vous explique ici son fonctionnement.

assurance emprunteur tout savoir

Une assurance long terme

Logiquement, lorsqu’on emprunte sur le très long terme, comme c’est le cas avec un crédit immobilier, les risques de rencontrer des difficultés de remboursement sont plus nombreux. C’est pourquoi cette assurance est obligatoire pour tous les emprunteurs, et sans elle le prêt n’est jamais accordé.

Que couvre l’assurance emprunteur ?

Même si les établissements bancaires précisent toujours qu’ « un crédit vous engage et doit être remboursé », il arrive que malgré toute la bonne volonté du monde le remboursement soit plus difficile que prévu. L’assurance emprunteur couvre donc :

  • La banque contre d’éventuels impayés
  • Les emprunteurs et leur famille contre des risques comme des accidents entraînant une incapacité de travail, un décès, ou simplement le chômage.

La banque fait toujours la différence entre une incapacité temporaire totale (ITT), et une incapacité permanente totale (IPT). Si l’emprunteur n’est plus en mesure de rembourser son prêt à cause d’un de ces risques, alors c’est la compagnie d’assurances qui se charge de couvrir le reste du crédit.

La perte d’emploi

Si vous souscrivez à cette garantie, alors vous serez couvert en cas de rupture de votre contrat à durée indéterminée. En revanche, la rupture d’un CDD, d’un chômage partiel, la démission ou encore la préretraite et la fin d’une période d’essai ne sont pas pris en compte. Il faut également savoir que l’assurance est toujours limitée dans le temps. Les délais sont stipulés dans le contrant, généralement l’assurance couvre entre 2 et 3 ans maximum, il faut bien vérifier les conditions du contrat.

Le décès

Si l’emprunteur décède, alors le paiement du capital restant est garanti. Les cas d’invalidité très grave comme une perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) sont aussi pris en compte. S’il y a plusieurs emprunteur, alors la partie de la personne décédée est entièrement remboursée selon les parts décidées au moment de la signature. Dans certains contrats, le suicide ou bien la pratique de sports à risques font souvent l’objet de clauses particulières, vérifiez bien toutes les clauses du contrat d’assurance emprunteur.

L’invalidité ou l’incapacité de travail

L’emprunteur est toujours couvert en cas d’invalidité totale et permanente. Le paiement du capital restant est garanti, à l’image des conditions de la garantie décès. Pour une incapacité partielle, il faut en revanche être vigilant, sur l’étendue de la couverture, l’âge de la fin de garantie, ou encore le degré d’invalidité couvert.

Liberté pour choisir son contrat d’assurance prêt

C’est depuis la loi Lagarde que l’emprunteur est libre de choisir une assurance prêt individuelle. Autrefois, la banque imposait son assurance, et forcément pas toujours à un tarif très concurrentiel. La loi Hamon est venue simplifier encore un peu plus les choses, puisqu’il est désormais possible de changer d’assurance la première année du prêt. Ainsi, si le temps manquait au moment d’obtenir le prêt, on peut chercher une offre plus attractive pour l’assurance après avoir signé. C’est forcément une très bonne chose, d’autant plus que la démarche ne coûte absolument rien.

Un questionnaire pour obtenir l’assurance prêt

Avant de pouvoir souscrire à un contrat d’assurance, l’emprunteur doit répondre à un questionnaire pour son assurance prêt. Les réponses permettent de définir le taux qui lui sera appliqué. Selon les résultats obtenus, l’assurance sera standard, ou si les risques sont importants il faudra payer une surprime supplémentaire. Pour exemple, les fonctionnaires bénéficiant d’une sécurité d’emploi supérieure, ont régulièrement des conditions plus avantageuses.

Le questionnaire se base sur votre âge, sur la durée du crédit, et sur le nombre de personnes à assurer. Le tarif peut être évolutif.Il va diminuer en fonction du capital à rembourser, et il augmente avec l’âge. Une personne d’un certain âge payera toujours plus cher son assurance qu’une jeune de 20 ans.